VIPLAYLANDBiographieExpositionsFilms & DispositifsConcertsProjets / Solo / GroupesDiscographiePresseCommandes & Collaborations • Archives • Contact

 

=======ARCHIVES (divers)

Display Pixel 3 traite des relations physiques entre son, image, mouvement et causalité : la notion du conrtole et de perte y est centrale.
Dans un univers visuel s'inspirant formellement et conceptuellement des mécanismes du jeu vidéo, les nappes sonores et les sons de
Vincent Epplay donnent littéralement sens aux tableaux programmées par Antoine Schmitt.
Le rapport de confrontation entre image et son a été poussé à un niveau d'intéraction inédit, les systèmes visuels directement branchés
sur les flux sonores pouvant analyser et enregistrer les sons en live et les (re)jouer dans des temps décalés.
Les différentes sèquences visuelles sont activées par les sons : elles réagissent et aussi agissent de façon otonome,
influançant ainsi les jeux de composition sonore,sous la forme d'un dialogue continu.entre son et projection graphique

Vincent Epplay, sound - Antoine Schmitt, visuals program
Vincent Epplay does a prepared improvisation in front of and according to the projection of visual pieces prepared by Antoine Schmitt.Display Pixel  deal with the physical relationships between image, sound,
movement and causality : the notion of control and of its loss is central. In a visual universe inspired formally and conceptually by the mechanisms of videogames, the audio fluxes
and the singular sounds of Vincent Epplay litterally give life to the scenes programmed by Antoine Schmitt. The concept of the confrontation of sound and visual systems has been
pushed to a radically new level of integration, with the visual systems being directly plugged to the sound streams in order tobe able to analyse and record the sound live and to (re)play them later.
The scenes, especially designed and programmed by Antoine Schmitt for the occasion, are activated by the sounds of Vincent Epplay : they react and also act on their own thus triggering back Vincent Epplay's improvisation,
while Antoine Schmitt modulates their behaviors

=======Dates de concerts

> Séances d'Ecoute, Aubervilliers(Fr),  19 /06/ 2001
> Festival Virus/artekno, Batofar, Paris(Fr),  20 /11/ 2001
> Nanomachine,Portées à l'Ecran, Maroquinerie, Paris(Fr),  07 /12/ 2002
> AssociationTiramizu ,Théatre de Toulon(Fr),  15 /05/ 2003
> +/- L'épicerie,Theatre Academia Varsovie, 05/ 07/ 2003
> Festival Phonurgia,Arles,13 / 07/ 2003
> Convertible Modulor,CCC,Tours(Fr), 2003
> Les laboratoires d'Aubervilliers(Fr),,20&21/11/2003
> Espace multimédia Gantner, Bourogne(Fr),,28/05/04
> Villette Numérique, Salle Boris Vian,Paris (Fr),  septembre 2004
> Mais festival Dexia art center, Bruxelles,10/11/ 04
> Circuit court Grime, Montevideo, Marseille(Fr), octobre 2004
> Netmage ,Bologne , janvier05
> Club Transmediales, Berlin, février 2005
> Festival Internacional de Buenos Aires (Argentina) Sept 2005
> Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Bourges(Fr), Nov 2006

APPLICATIONS WEB

Abstract Generative Radio Mix New Generation (AGRM-NG)
Radio Mix" (AGRM), présenté à Phonurgia en 2001.AGRM-NG ne contient pas de mix radio prédéterminé : c’est une œuvre programmée pour fabriquer un mix unique à chaque écoute.
Le travail d'échantillonage est constitué d'une somme de fragments (environ 200 fichiers). AGRM - NG utilise le medium radio comme un générateur de sons, et énonce une sorte de métaphore du langage radiophonique, en jouant de ses codes formels specifiques.Cette approche a servi de modèle à un logiciel écrit pour l'occasion, privilégiant le mix temps-réel .
A chaque lancement, le logiciel réalise un mix unique, basé sur des prises de décisions internes, selon des règles fixées à partir de préceptes de traitement de lecture. Les différentes banques sonores s'activent et se structurent sur des modes utilisant la temporalité, la succession, la répétition, la durée, le délai, le volume, le pan et le pitch. Au sein de ce processus,.
Ces règles sont probabilistes et procèdent par oppositions, ruptures, assemblages et déconstruction du développement sonore .Une écoute répétée invite l'auditeur, à parcourir mentalement la bande radiophonique de la matrice générative ; au delà d'une narration fixée, d'un mixage conventionnel, l'auditeur se trouve entrainé sur les voix d'une promenade anecdotique et paradoxale laissée à sa libre interprétation.

http://www.gratin.org/as/agrmng/
Vincent Epplay: concept, samples design, composition
Antoine Schmitt: concept, programming, composition
Le bouton de droite permet de (re)démarrer une génération de mix radio.Le bouton de gauche permet de choisir entre le mode de génération unique (par défaut) et le mode de génération infinie, auquel cas les mix de 4 minutes sont enchainés sans fin.

SOUND EDIT HEURE
Sound Edit heure, conçue pour la galerie du site internet de la revue Mouvement est une proposition personnelle où l'artiste
s'est confronté pour l'occasion à la technologie de l'internet. Le principe est celui d'une horloge qui se rapporte au temps de l'utilisateur quatre chiffres qui indiquent les minutes et les heures évoluent sur un fond se dégradant du blanc vers le noir suivant le passage du jour à la nuit. Soient quatre séries de chiffres de 1 à 9 auxquelles correspondent différentes structures sonores : des sons détachés ou isolés pour les heures, des sonorités plus atmosphériques introduisant une certaine narration pour les minutes. Le zéro correspond au silence. Autrement dit : pause à minuit."

 

MEGAPHONESYSTEM
Dispositif de diffusion de signaux sonores intrusifs
Composition developpée à partir d'un programme génératif et aléatoire
(application issue du cdr infinite cd for illimited music) sirènes, alarmes, sonneries, un répertoire de sons qualifiés de nuisibles est diffusé par intermittence, alternant avec de longues plages de silence. Multidiffusion sur 4 mégaphones évoquant, autant par leur aspect que
par la qualité reduite du son, des ambiances d'animation de manifestations publiques.


Dispositf,pour Connexe 02- Maison des Métallos, Paris, déc 2002 à l'invitation d'Alain Declercq & la revue Mouvement

INFINITE CD for UNLIMITED MUSIC

Infinite CD for unlimited music, est le premier CD infini.
Il génère indéfiniment une musique toujours différente, toujours similaire. Le logiciel résidant sur le CD Rom produit une musique générative, en combinant de manière aléatoire et toujours renouvelée une composition.
Infinite CD installe chez son utilisateur une musique d'aménagement minimaliste, qui se renouvelle perpétuellement de manière autonome, installant un entre-deux de l'écoute à la perception, oscillant de l'attention à l'oubli.
Developement et composition sonore : Vincent Epplay
Programation algorythmique : Antoine Schmitt
MIX MISSING SYSTEM
MMS  est un développement en live du CD Rom "Infinite CD for unlimited music".
Ce CD génère indéfiniment une musique toujours différente, toujours similaire.
Le programmel résidant sur le CD produit une musique générative, en combinant de manière aléatoire et toujours renouvelée une composition sonore réalisée par Vincent Epplay. Infinite CD installe chez son utilisateur une musique d'aménagement minimaliste qui se renouvelle perpétuellement de manière autonome, installant un entre-deux de l'écoute à la perception, oscillant de l'attention à l'oubli.
Dans sa version live, le programme est activé en direct par Vincent Epplay ; certaines fonctionalités s'ajoutent : les développements génératifs des sons sont rendus visibles par la projection de l'interface graphique du programme (invisible sur le CD ROM). Tous les paramètres et les combinatoires de la composition sont donnés à voir : les sons se combinent et se développent autour de trois états, sortes d'humeurs et de psychologie interne au programme. Ce fonctionnement autonome peut être occasionellement modifié par l'intrusion d'une source audio externe, que la machine entend et à laquelle elle réagit. Ces stimuli extérieurs créent des phénomènes de rupture et de mutation dans la composition sonore. Ces sources audio externes peuvent être de différente nature : captation en direct par micro, source enregistrée, dialogue avec interprète (chanteur, musicien ...)

Mix missing system live :
> ZAC 99, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris - 28/10/99
> Galerie eof, catalogue ppt, 19/01/00
> Espace Kiron, 22/02/00
> Séance d'Ecoute n°8 espace Public>, Laboratoires d'Aubervilliers, 28/03/00
> Art Audio, Maison du Danemark, Paris, 02 et 04/05/03

MODY BLEACH : Nouvelles révélations sur la férocité

MODY BLEACH est une séquelle du film hollywoodien "Moby Dick" de John Huston, torturé dans les ateliers cinémathographiques MTK et Ad Libitum.
Une grande mise à mort d'un monstre marin, images et son manipulés en direct.
Des artistes s'emparent d'une histoire, par ré-appropriation, par détournement, par jeu.
Une fois le film éprouvé, tiraillé, découpé, étiré, l'histoire du combat contre la baleine demeure cependant toujours bien présente.
A l'ère de la pratique généralisée du sampling, ce projet offre une belle occasion de proposer un cinéma élargi, qui prenne place dans les arts de la scène.
Un cinéma dont l'ultime transformation ne se loge pas définitivement sur la pellicule, mais qui connaîtrait encore de nombreuses vies, où chaque représentation serait différente de la précedente.
Pour ce cinéma perpétuel, Christophe Auger et Xavier Quérel (Métamkine) rejoignent Etienne Caire et Gaëlle Rouard (Atelier MTK / Moule Frite) et
travaillent de connivence avec le musicien plasticien Vincent Epplay pour tenter un outrageux hommage à un grand classique.

======Dates de Concerts :
> Projet créé en mars 2001 à l'Alhambra - Genève (Commande du Festival Archipel)
> Grenoble (Grande-Halle du Mandrak).
> Festival du Film de Dunkerque (30 /11/01)
> Cinéma Nova à Bruxelles (01/12/01)
> Métafort d'Aubervilliers (04/12/01)
> Théâtre 347, Paris (05/12/01)
> Les Subsistances, Lyon (15/01/02).
> Festival Media City #8, Windsor, Canada (16/02/02)
> Pleasure Dome, Toronto (17/02/02)
> Montreal ( SAT 19/02/02)
> Mois multi, Québec (20 /02/02)
> Piratages,Batofar,Paris(08/09/02)
> Fragment,Université de Metz (01/02/03)
> Espace Gantner, Belfort (02/02/03)
> Lycée Stanislas, Nancy (03/02/03)
> Musée d'Art Contemporain de Strasbourg (04/02/03)
> Féd. Hiero, Colmar (25/04/03)
> Fragment, Metz en fete(21/07/04)